La feuille-soleil

La feuille-soleil

Par Otto Erich Hartleben

Publié dans Simplicissimus N° 30, 8e année, du 20 octobre 1903, 
vous pouvez consulter la version allemande originale sur ce site

La ville qui me vit naître est située tout en haut d’une montagne ténébreuse. Librement balayée par les vents, elle est entourée de vastes prairies sur lesquelles prolifère le trèfle.
Ces prairies descendent de toutes parts, quelle que soit la direction empruntée, tous les sentiers conduisent bientôt dans une forêt silencieuse. Ses sapins argentés sont noirs et graves. Le hallier est à la fois énigmatique et effrayant. Sans cesse, les invisibles sources de la montagne y bruissent et murmurent. Leur bruissement s’accentue encore durant la nuit. Lire la suite

Publicités