Contributions à l’instruction des domestiques

 

Contributions à l’instruction des domestiques

Par Otto Erich Hartleben

Publié dans Simplicissimus N° 1, 5e année, du 27 mars 1900
vous pouvez lire le texte en allemand sur ce site

I.

Il était une fois une jeune fille du peuple simple qui avait trouvé un riche parmi les sots, ou encore, selon d’autres points de vue, un homme sot parmi les riches ayant consenti à l’épouser. Comme elle était désormais l’épouse d’un homme riche, elle mettait de jolies robes, se faisait belle, étant d’avis qu’elle était à présent devenue respectable. Puisque c’est elle-même qui avait dorénavant les moyens d’employer des domestiques, mais aussi compte tenu de ses origines, elle croyait savoir doublement de quelle manière il convenait de traiter convenablement ces dernières, elle communiquait donc volontiers ses enseignements ainsi que ses expériences dans ce domaine à son entourage. C’est ainsi qu’elle me confia certaines de ses observations que je n’ai pas l’intention de garder égoïstement pour moi seul. Lire la suite

Publicités

L’Offrande expiatoire

L’Offrande expiatoire

De Clara Eysell-Kilburger

Publié dans Simplicissimus N° 40, 4e année, du 30 décembre 1899
vous pouvez lire le texte en allemand sur ce site

Une somptuosité feutrée, un rien douillette, imprègne l’élégant salon chaud, moelleux et confortable de la métropole. Quelques pièces singulières, particulièrement belles, rehaussent cet aménagement élégant et discret. Manifestement d’acquisition plus récente, elles font, au milieu des autres éléments de la décoration, quasiment office de pierres précieuses dans leur écrin. L’ensemble est enveloppé de l’air chaud, un peu oppressant, du chauffage central, mêlé à un délicat parfum d’intérieur. Lire la suite

‘C’est comme si c’était fait’

 

‘C’est comme si c’était fait’

Par Karl Pauli

Publié dans Simplicissimus N° 37, 4e année, du 11 décembre 1899
vous pouvez lire le texte en allemand sur ce site

Je savais que j’allais passer une mauvaise journée puisque je venais de faire un rêve très désagréable. Il se trouve que je crois aux rêves, pas à tous, mais à certains, ceux-là même se concrétisent alors la plupart du temps. Dès que je rêve, par exemple, de roues hydrauliques en flammes, je ne touche jamais d’argent ; certes, autrement je n’en reçois pas non plus, mais ces jours-là encore moins. Cette nuit-là, j’avais rêvé que j’étais l’enfant aux vingt-deux bandages exposé dans la vitrine du magasin de matériel orthopédique et qui présente toutes les maladies et blessures pour la guérison desquelles on utilise habituellement toutes ces sortes de bandages, de poches à glace, de bandages herniaires, d’écharpes, d’attelles, de ceintures lombaires, etc., etc. Lire la suite

Les refugiés : Nouveaux esclaves de l’Europe

Le texte ci-dessous est une traduction d'un article paru dans la
Zeit online du 26 octobre 2015
Vous trouverez le texte original en allemand à la fin de cet article.

Les refugiés : Nouveaux esclaves de l’Europe

26 octobre 2015 Zeit online

Un article de Susanne Kaiser

Pour survivre, les refugiés travaillent dans les pires conditions pour le plus grand profit de l’agro-industrie en Europe. Les syndicats mettent en garde contre une forme d’esclavage moderne.

Il avait survécu à la guerre civile au Soudan, à la fuite par voie terrestre en Lybie, à la traversée en bateau en Italie également. Mais il n’a pas supporté les conditions de vie qui l’attendaient là-bas. Lire la suite

Biélorussie l’inconnue – Belarus’, die Unbekannte

Ce texte est une traduction d'un article paru en allemand sur Cafébabel,
vous trouverez le  texte original en allemand à la suite de cette traduction

Biélorussie l’inconnue

Article publié le 13 novembre 2014 sur Cafébabel

Auteure : Marita Gasteiger

Il y a deux ans quand je voyageai pour la première fois mais malheureusement jusqu’à présent la dernière en Biélorussie tout me paraissait effrayant. Un professeur décrivit le pays comme « le Jurassic Park du socialisme ». Mais finalement, des amitiés naissant, je pus jeter un coup d’œil derrière une frontière toujours omniprésente.

La Biélorussie ou Belarus, mieux connue dans les contrées d’Europe centrale sous les noms de Russie blanche ou Ruthénie blanche, se trouve à l’Est de l’Europe entre l’Ukraine, la Pologne, la Lituanie, la Lettonie et la Fédération de Russie. La capitale Minsk, son centre culturel, économique et politique, est située au cœur de la république. Hormis la plus grande place d’Europe, la Place de l’Indépendance (de 7 ha), on y trouve aussi une des plus grandes bibliothèques d’Europe, la Bibliothèque Nationale, de 72 m de hauteur et tout à fait intéressante d’un point de vue architectural. La ville est riche en musées et institutions culturelles et possède une architecture unique. Lire la suite